Qui sommes nous ?


Qui est André Dhôtel…

      André Dhôtel est un écrivain français né le 1er septembre 1900 à Attigny (Ardennes, France), et mort le 22 juillet 1991 à Paris. Connu du grand public par le roman Le Pays où l’on n’arrive jamais (1955, Prix Femina), il est l’auteur d’une œuvre abondante et singulière, où s’exprime un merveilleux proche du quotidien, dans lequel le rapport à la nature joue un grand rôle.

Le Centre Social André Dhôtel…

HISTORIQUE DU CENTRE SOCIAL ANDRE DHOTEL

Le début du peuplement du quartier de la Houillère se réalise au XIXème siècle, au moment de l’industrialisation. De 1955 à 1965, la ville est confrontée au manque de logements, et l’on assiste à la construction de 1 200 logements sous forme d’un habitat vertical (généralement de 12 étages) dans une certaine anarchie. De 1965 à 1972, une nouvelle tranche de logements a été réalisée, plus petits et plus excentrés. A partir de 1980 des zones pavillonnaires viennent compléter le ”parc” des organismes logeurs.

1972 : Une Maison des Jeunes et de la Culture : A l’initiative de la ville, une M.J.C. agréée par le Ministère Jeunesse et sports est implantée. C’est une maison de quartier traditionnelle, avec les activités habituelles : photos, concerts, poteries, spectacles, expositions …). Elle est pilotée par un comité de gestion sous l’égide du Conseil d’Administration de la M.J.C. Gambetta (M.J.C. du centre ville de Charleville-Mézières).

Vers 1974-1975, la situation économique (crise sidérurgique) frappe de plein fouet le département. On assiste à une modification sociologique du quartier. Les organismes logeurs concentrent dans les grandes ”barres” les personnes les plus en difficulté et les travailleurs issus de l’immigration.

En 1976, la M.J.C. prendra aussi le nom de M.P.T. (Maison Pour Tous).

Le 24 février 1978, l’association M.J.C.-M.P.T de la Houillère est officiellement constituée. Elle ne dépend alors plus de la M.J.C. Gambetta. Sous la pression des besoins exprimés par la population, la M.J.C. voit se développer progressivement les activités à caractère social : permanences sociales, centre maternel, centre aéré, prévention…

1982 : Obtention d’un pré-agrément de Centre Social : La M.J.C., après négociation avec la Caisse d’Allocations Familiales, obtient un pré-agrément lui permettant de faire face aux sollicitations dont elle est l’objet. Les institutions s’adressent à elle, unique équipement sur le quartier, pour mettre en place des dispositifs d’État.

1985 Confirmation de l’agrément de Centre-social : La M.J.C., suite à la signature d’une convention avec la Caisse d’Allocations Familiales, présente un projet de quartier, élaboré avec les partenaires institutionnels et les associations. Elle prend alors la dénomination actuelle de : Maison Pour Tous – Centre Social. Tout en conservant ses activités traditionnelles, l’association développe des activités à caractère social et éducatif. Des projets s’inscrivant dans la Politique de la Ville se multiplient. Le personnel augmente : de 5 personnes en 1972, il atteint un effectif de 18 à cette époque.

1994 : ouverture d’une annexe : Le développement des diverses activités met en difficulté la Maison Pour Tous qui se trouve à l’étroit dans ses locaux. Elle obtient un bâtiment de 2 étages, après 3 ans de négociation avec la Ville, doublant ainsi sa surface.

Le 8 Juin 2000, la Maison Pour Tous – Centre Social devient : Centre Social et Culturel André Dhôtel.



Oct 2007, pose de la première pierre, rénovation du Centre social.